Sur mon coeur, manufacture de bonheur.

Notre but est de promouvoir et développer le bien-être familial.

jeudi 12 avril 2012

Journée de la non-violence éducative

Vous souvenez-vous de CET article???: http://surmoncoeur.canalblog.com/archives/2012/01/30/23374697.html#c48966454 

Je vous transmets un commentaire de Pascale afin qu'il soit plus (+) visible, pour celles & ceux qui sont intéressé(e)s...:

"salut les filles ! 
Je ne sais si cela peut en intéresser certaines mais pour une fois qu'il se passe quelquechose à Périgueux, je divulgue l'info. 
J'ai vu que le Relais d'Assistante Maternelles organisait une soirée conférence débat le mardi 10 avril de 20h à 22h à la bibliothèque municipale sur "la discipline". 
J'ai cru voir qu'il s'agissait d'une intervenante québécoise, je pense que tout le monde peut y participer, mais apparemment il faut s'inscrire. 
Si vous souhaitez davantage d'info, faites moi signe, l'affiche est à la crèche de ma fille. 
Pascale"

Laissez votre commentaire, je le lui transmettrai au besoin... ;)

...Et puis celui d'Elodie...:

"il y a aussi une séance à Saint Astier le lendemain à 19h !! suivi d'un film, contactez l'éduc du RAM roul'doudou pour réserver "

Et enfin, LE commentaire de Pascale (Merci à toi), sur la conférence... Plutôt riche le commentaire d'ailleurs ;) :

"Compte rendu de la conférence:

Bonsoir, 
L'intervenant était Brigitte Racine, fondatrice d'Educoeurhttp://www.educoeur.ca/fr/ et auteur de plusieurs livres sur la communication non violente. 
L'assemblée était principalement constituée d'assistante maternelle & de professionnelles de la petite enfance. 
Le principe de la "méthode éducoeur" est d'éveiller le bon, le beau de votre enfant pour ne pas avoir à faire de la discipline et ceci en plusieurs étapes : 
1ère étape : donner le goût de collaborer à l'enfant en comblant ses principaux besoins : 
besoin de sécurité 
Lorsque l'adulte a une réaction d'agressivité, de colère, l'enfant se sent en danger. Il comprend que l'adulte n'a plus le contrôle. 
besoin d'attention, d'amour, d'exclusivité en trouvant des instants où l'enfant est l'unique centre d'intérêt, le toucher, le regarder. Valoriser l'enfant, développer l'estime de soi en prenant le temps de s'attarder aux choses qu'il fait bien. L'enfant ne doit pas être source d'attention que lorsqu'il fait quelque chose d'interdit. Un enfant ne fait jamais de crise sans spectateur. Lorsqu'il demande de l'attention négative en faisant quelque chose d'interdit, ne pas perdre de temps à expliquer et à s'occuper de lui. S'il n'est pas en danger, le laisser seul ou lui ôter l'objet sans lui expliquer le pourquoi du comment. Une fois la crise terminée, on reviendra sur l'incident. 
Besoin de liberté et plaisir, donner des choix, l'enfant doit pouvoir bouger, rire, s'amuser, … 
2ème étape : rendre responsable par : 
une seule demande, ne pas répéter. Etre décidé et déterminé à ne pas répéter. 
Faire sa demande, si l'enfant n'agit pas, le prendre par la main sans dire un mot comme un robot et faire. La fois où il vient de suite, le féliciter. 
comportement de rechange 
conséquence. L'adulte doit agir. Par exemple, un enfant qui tape avec sa cuillère au lieu de manger cherche à capter l'attention, lui retirer ses ustensiles sans explication. Les lui redonner une fois qu'il aura terminé sa crise avec la condition de les utiliser à bon escient. 
Réparation. Si l'enfant fait du mal, il doit réparer en faisant du bien (pas simplement un bisous mais quelque chose qui va lui coûter et le faire réfléchir à ce qu'il a fait de mal comme par exemple un petit massage de l'endroit ou il a mordu, nettoyer ce qu'il a sali …) 
retrait (principe d'une minute par année) 
Conclusion : 
Avant de corriger, il faut arroser les bonnes graines, valoriser ses bons comportements, estimer 
demander une seule fois les choses 
Système du donnant donnant (vous demandez de rester assis à table 20 minutes, vous lui demandez un effort, féliciter le s'il le fait). 
Éviter autant que possible la discipline punitive 
La discipline incitative apprent à l'enfant à réfléchir à ce qui est bon et ce qui l'est moins. Lui montrer le respect d'autrui l'amènera à se respecter plus tard et éveillera en lui le sentiment et la fierté de faire de « bonnes choses ». 

Alors … bon courage !!"

Posté par Pascale, 10 avril 2012 à 22:56


Commentaires

    il y a aussi une séance à Saint Astier le lendemain à 19h !! suivi d'un film, contactez l'éduc du RAM roul'doudou pour réserver

    Posté par Lo, mercredi 4 avril 2012 à 12:42
  • Compte rendu de la conférence

    Bonsoir,
    L'intervenant était Brigitte Racine, fondatrice d'Educoeur http://www.educoeur.ca/fr/ et auteur de plusieurs livres sur la communication non violente.
    L'assemblée était principalement constituée d'assistante maternelle & de professionnelles de la petite enfance.
    Le principe de la "méthode éducoeur" est d'éveiller le bon, le beau de votre enfant pour ne pas avoir à faire de la discipline et ceci en plusieurs étapes :
    1ère étape : donner le goût de collaborer à l'enfant en comblant ses principaux besoins :
    besoin de sécurité
    Lorsque l'adulte a une réaction d'agressivité, de colère, l'enfant se sent en danger. Il comprend que l'adulte n'a plus le contrôle.
    besoin d'attention, d'amour, d'exclusivité en trouvant des instants où l'enfant est l'unique centre d'intérêt, le toucher, le regarder. Valoriser l'enfant, développer l'estime de soi en prenant le temps de s'attarder aux choses qu'il fait bien. L'enfant ne doit pas être source d'attention que lorsqu'il fait quelque chose d'interdit. Un enfant ne fait jamais de crise sans spectateur. Lorsqu'il demande de l'attention négative en faisant quelque chose d'interdit, ne pas perdre de temps à expliquer et à s'occuper de lui. S'il n'est pas en danger, le laisser seul ou lui ôter l'objet sans lui expliquer le pourquoi du comment. Une fois la crise terminée, on reviendra sur l'incident.
    Besoin de liberté et plaisir, donner des choix, l'enfant doit pouvoir bouger, rire, s'amuser, …
    2ème étape : rendre responsable par :
    une seule demande, ne pas répéter. Etre décidé et déterminé à ne pas répéter.
    Faire sa demande, si l'enfant n'agit pas, le prendre par la main sans dire un mot comme un robot et faire. La fois où il vient de suite, le féliciter.
    comportement de rechange
    conséquence. L'adulte doit agir. Par exemple, un enfant qui tape avec sa cuillère au lieu de manger cherche à capter l'attention, lui retirer ses ustensiles sans explication. Les lui redonner une fois qu'il aura terminé sa crise avec la condition de les utiliser à bon escient.
    Réparation. Si l'enfant fait du mal, il doit réparer en faisant du bien (pas simplement un bisous mais quelque chose qui va lui coûter et le faire réfléchir à ce qu'il a fait de mal comme par exemple un petit massage de l'endroit ou il a mordu, nettoyer ce qu'il a sali …)
    retrait (principe d'une minute par année)
    Conclusion :
    Avant de corriger, il faut arroser les bonnes graines, valoriser ses bons comportements, estimer
    demander une seule fois les choses
    Système du donnant donnant (vous demandez de rester assis à table 20 minutes, vous lui demandez un effort, féliciter le s'il le fait).
    Éviter autant que possible la discipline punitive
    La discipline incitative apprent à l'enfant à réfléchir à ce qui est bon et ce qui l'est moins. Lui montrer le respect d'autrui l'amènera à se respecter plus tard et éveillera en lui le sentiment et la fierté de faire de « bonnes choses ».

    Alors … bon courage !!

    Posté par Pascale, mardi 10 avril 2012 à 22:56

Poster un commentaire